Le blog de Claire

Muscaris

13 avril 2020

Au jardin, les muscaris sont parmi les premières fleurs qui apparaissent à la sortie l’hiver et qui annoncent l’arrivée du printemps… Autrefois classé dans les Liliacées, on trouve dorénavant le muscari dans la famille des Asperagacées, où on trouve aussi bien sûr l’asperge, de saison également !

Les bulbes des muscaris sont apparemment comestibles (ceux du Muscari à toupet en particulier ), alors que je les pensais très toxiques. Ils contiennent effectivement des molécules hépato-toxiques, mais, si j’ai bien compris, il faudrait en manger beaucoup pour que cela soit dangereux.

Les « lampascioni » sont cuisinés classiquement « à l’huile » et conservés en bocal (voir ici).  Ils semblent très appréciés en Italie, dans les régions des Pouilles et de la Calabre et sont dégustés notamment dans le Salento (le « talon de la botte ») lors de la fête de la Madonna dei Lampascioni. Nouvelle recette à tester pour les aventuriers de la gastronomie, en cette période confinement et de restriction 😉 !

Muscaris - Aquarelle - Avril 2020

2020

31 décembre 2019

2020

52 nuances de renards… (13)

28 décembre 2019

Et voilà enfin les 4 derniers pour finir l’année !

52 ! Bien contente d’avoir réussi à relever ce défi et que vous m’ayez suivi jusqu’au bout :-)

Feutre noir pour le « multi-renards »; crayons de couleurs pour le « renard-bonbon-gonflé »; encres colorex et feutre pour le « rasta-renard »; perles de rocailles pour le « renard-perlé ».

52 nuances de renards… (12)

15 décembre 2019

Ce mois-ci, je vous propose des renards « bonus » : en vous montrant seulement 4 renards par mois, il en manque en fin d’année pour arriver à 52, puisque certains mois ont 5 semaines (et que le défi, je vous le rappelle, est de dessiner 1 renard par semaine !).

Donc en voici 4 de plus, ce qui nous amène à 48…

Encres colorex + feutre; crayons de couleurs et aquarelle + feutre.

 

Dahlia

7 décembre 2019

Cette fois, ça y est, je considère que c’est fini ! Avec les précieux conseils de Vincent Jeannerot bien évidemment… Il a même réussi à me faire faire une ombre portée : je n’aime pas les faire car habituellement, je les rate et du coup, je suis déçue, forcément, ayant l’impression d’avoir gâché toute l’aquarelle. Cette fois, elle est mieux réussie que les précédentes, ouf !

Format 31×41 cm sur papier Arches satiné, aquarelle en tubes Schmincke et Winsor & Newton.

Dahlia - Aquarelle - Novembre 2019

52 nuances de renards… (11)

29 novembre 2019

Et encore 4 ! Bientôt la fin de l’aventure… j’avoue que je commence à sécher un peu 😉

1- un de mes tous premiers essais de linogravure. Je suis plutôt contente du résultat ! Gouache d’écolier.

2- au feutre biseauté… je n’ai pas réussi à comprendre quel geste permettait de faire de belles arabesques ! A creuser…

3- encres colorex et feutre. Un mélange d’écureuil et de Chow-chow mon renard ébouriffé, non ?

4- sur une page d’un livre que je n’avais pas particulièrement aimé (et trop abimé pour le donner), feutre et crayons de couleurs.

52 nuances de renards… (10)

26 octobre 2019

Et voilà, les 37ème, 38ème, 39ème et 40ème goupils ! La fin approche… 😉

De gauche à droite : feutres pinceaux; feutre noir et crayons de couleurs; feutres fins; pastel et fusain.

Les couleurs sont un petit peu saturées par rapport à la réalité, mais ça ne change pas grand chose.

Dahlia, suite mais pas encore fin

20 octobre 2019

Encore pas mal de boulot avant d’avoir fini, mais ça avance !

Dahlia in progress

6 octobre 2019

Je peins rarement des fleurs, encore plus rarement de grosses fleurs pleines de pétales qui s’entremêlent et dans lesquels on se perd… je n’aime pas trop ça, ça me stresse (gentiment quand-même…n’exagérons pas trop).

Au départ, on se dit « Fastoche, ça suit une logique plutôt géométrique et régulière, tous les pétales s’imbriquent les uns dans les autres de la même manière, il suffit de rester concentrée et tout ira bien ». On fait alors le dessin, c’est long et fastidieux, on a mal aux yeux et on ne retombe pas toujours tout à fait où on voudrait avec le crayon, mais ça se fait. Mais dès qu’on pose la première « couche » de couleur, on perd son dessin : « c’est ce pétale qui passe sous celui-là ou l’inverse ? », « pourquoi j’ai tracé ce trait à cet endroit… ? », « c’est quoi ce gribouillis qui n’a pas de forme ? », « mais où est passé ce super revers si joli que j’avais super bien dessiné ? », « ce pétale a une forme très bizarre, c’est pas normal… », etc. On a beau réfléchir intensément, regarder la vraie fleur pour comparer, se torturer l’esprit pour retrouver la logique qui nous paraissait si évidente au début… ben non, c’est super compliqué !

Donc généralement, j’évite soigneusement les pivoines, les roses multiples, les renoncules, les chrysanthèmes et autres fleurs qui ont beaucoup trop de pétales à mon goût. Même s’il y en a de très belles !

Mais cette fois, je me suis dit que c’était aussi pour ça que j’allais au cours de Vincent, pour faire ce que je ne ferais pas toute seule chez moi. Et puis depuis le temps qu’il a envie de me voir peindre ce genre de fleurs… « Allez, c’est le moment, on verra bien ! ».

Donc voici mon dessin et les premières touches de couleur d’un dahlia rose pâle. Vous remarquerez que, quitte à faire un truc qui me motive moyen et que je ne sais pas faire, je vais au bout de l’idée, je choisis une fleur très claire  et je cumule donc les difficultés… pourquoi se priver ? 😉

Dahlia - Octobre 2019

52 nuances de renards… (9)

28 septembre 2019

Pas très « productive » ces derniers temps, mais les renards sont toujours au rendez-vous !

Aquarelle, feutres et origami, pour changer.