Le blog de Claire

Archive de la catégorie ‘Cours et stages’

Figues violettes

mardi 19 septembre 2017

Figues violettes - Aquarelle - Septembre 2017

Ginkgo biloba

dimanche 2 juillet 2017

Dernière aquarelle de l’année réalisée chez Vincent Jeannerot (j’en ai encore 2 en cours, non terminées).

Ce petit bout de branche de Gingko biloba me plaisait bien. Le « biloba » est la seule espèce vivante du genre Ginkgo et une des plus anciennes espèce d’arbres connue. On le connait aussi comme Arbre aux 40 écus, arbre aux mille écus ou abricotier d’argent.

Ginkgo biloba - Aquarelle - Juin 2017

Cette espèce est considérée comme panchronique, au même titre que le Nautile ou le Coelacanthe par exemple : c’est en effet une espèce actuelle qui présente des ressemblances morphologiques avec une espèce éteinte seulement identifiée sous forme de fossile. C’est ce qu’on appelait avant des « fossiles vivants ». Le Ginkgo biloba serait en effet apparu avant les dinosaures, il y a 270 millions d’années. Le premier pied de cet arbre rapporté de Chine en France a été planté à Montpellier en 1795 et est toujours vivant à l’heure actuelle… Sa durée de vie pourrait atteindre facilement le millénaire !

Malgré quelques recherches sur internet, je n’ai pas réussi à savoir avec certitude si le Ginkgo était considéré comme un vrai conifère ou seulement proche des conifères. Il appartiendrait à un embranchement à part, les pré-spermaphytes, « situé » entre les fougères et les conifères. Une histoire d’ovules, de graines, de fécondation, bref, une affaire de spécialistes… mais si quelqu’un a l’information précise, je suis curieuse d’avoir le fin mot de cette histoire !

Puisqu’on parle d’ovule… sachez que l’odeur désagréable que vous avez peut-être déjà senti dans un parc en ville ou une rue plantée de Gingko provient justement de la décomposition de la paroi de ces ovules. Vous pouvez alors être sûr que ce sont des arbres femelles qui ont été plantés à cet endroit !

Source principale.

Modèle vivant

dimanche 18 juin 2017

Dernier atelier de modèle vivant de l’année aux « Ateliers de la Rue Raisin« . Sur format A3 pour la plupart des dessins, au crayon sanguine ou fusain. Poses entre 40 secondes et 10 minutes.

J’ai tenté de dessiner sur des plus petits formats que d’habitude, pour m’obliger à réfléchir aux proportions, mais mon geste étant naturellement plus grand et le modèle étant assez près, ça m’a un peu contraint dans ma « liberté d’action »…

Cliquez sur les images pour les voir en plus grand (normalement…).

Philodendron monstera

dimanche 28 mai 2017

Une petite pause dans la publication des dessins quotidiens du défi « Every Day In May »… et un retour en arrière avec la feuille de Philodendron monstera commencée il y a maintenant 3 mois !

Rappelez-vous, ça a commencé comme ça (clic ici), puis ça a continué comme ça (clic là et aussi là). je vous rassure, je n’ai pas travaillé dessus tous les week-ends pendant 3 mois, mais quand-même pas mal… (difficile de dire combien de temps exactement. Plus de 20 heures ? Peut-être plus… je ne rends pas bien compte).

J’ai arrêté une première fois de travailler dessus : je savais que ce n’était pas fini mais j’avais besoin de conseils de Vincent (Jeannerot, toujours lui !) pour avancer sans tout saccager, sans perdre les fameuses lumières et les précieux « blancs » qui donnent toute la brillance à cette feuille. J’ai donc repris à la suite de ces nombreux mais néanmoins judicieux conseils (je savais bien que ce n’était pas fini !!). Mais cette fois, j’arrête là ! Comme toujours, je pourrai aller plus loin, améliorer certains détails, mais j’avoue que j’en ai un peu marre (et j’ai 2 autres aquarelles en cours sur lesquelles j’aimerai avancer, et comme je n’aime pas trop avoir 15 trucs d’entamés à la fois…).

Bref, voilà le résultat (toujours sur du papier Arches satiné, format 41×61 cm, aquarelles en tube de chez Schmincke ou Winsor & Newton selon les couleurs, pinceaux martre Kolinsky Raphaël 8404).

Philodendron monstera - Aquarelle - Mai 2017

MOF suite

dimanche 23 avril 2017

Après les éléments séparés, voici une tête complète. Bon, OK, il n’est pas très beau, mais pour une première tête, je suis quand-même contente… Ca permet de mieux comprendre où sont les muscles, la graisse, etc. En théorie… parce que quand il faut passer au dessin, ce n’est quand-même pas si simple !

Photos dans l’ordre des étapes, quand j’ai pensé à prendre des photos.

MOF

dimanche 9 avril 2017

Cette année, je me suis inscrite par curiosité à 5 cours (de 4 heures chacun) proposés par « Les ateliers et conservatoire des Meilleurs Ouvriers de France« . Je ne savais pas que j’avais ce genre d’ateliers dans mon secteur, et encore moins qu’ils proposaient des cours aux amateurs.

L’atelier que je suis s’intitule « Dessin-Croquis ». J’ai été un peu surprise au premier cours car plutôt que de faire du dessin, on a fait… de « la terre » ! En réalité, le modelage est complémentaire du dessin et très utile pour mieux comprendre les volumes, les formes, les ombres, etc. notamment pour l’anatomie du corps humain. J’étais finalement plutôt contente car je voulais essayer le modelage depuis un moment mais sans pour autant vouloir m’inscrire à un cours régulier (on ne peut pas tout faire…). En plus d’être pédagogique, c’est très agréable et reposant, on ne voit pas le temps passer !

On est parti du « squelette » en plaçant seulement les structures osseuses et cartilagineuses, puis on a ajouté petit à petit les muscles et les masses graisseuses, en s’aidant de schémas et de dessins anatomiques.

Bref, voici mes tous premiers essais de modelage (si on ne compte pas la pâte à modeler de maternelle !). J’espère que vous reconnaitrez les éléments du visage (!), l’étape suivante étant d’en modeler un en entier au prochain cours ! Suite au prochain épisode donc…

Avancement du Monstera

dimanche 2 avril 2017

Contrairement aux apparences, c’est loin d’être fini, mais ça avance… !

Modèle vivant

dimanche 26 mars 2017

Faute de disponibilité, ça faisait presque 1 an que je n’avais pas participé à un atelier de modèle vivant. Il m’a donc fallu quelques minutes pour me « remettre dans le bain » ce samedi matin aux Ateliers de la Rue Raisin. Mais ça n’a pas été une reprise facile car le modèle était un homme : outre le fait que c’était une première pour moi, j’ai trouvé que les formes masculines sont beaucoup plus difficiles à dessiner que les formes féminines et que « l’erreur » est plus facilement visible.

Voici ce que ça donne, pour des poses entre 5 et 7 minutes, sur des feuilles Kraft format 30×42 cm, au crayon sanguin marron foncé (sauf celles de la première et de la dernière images qui ont été dessinées en 40 secondes, sur un format plus grand). Les dessins sont présentés dans l’ordre dans lequel je les ai réalisés pendant les 3 heures d’atelier (cliquez dessus pour les agrandir).

Pour ceux qui se demandent comment ça se passe… Le modèle est installé sur une table basse, les élèves sont répartis en cercle tout autour. Après s’être mis d’accord avec la prof sur la manière de fonctionner et sur les temps de poses, le modèle choisit lui-même les positions proposées. Il alterne entre assis, couché, debout, de dos ou de face : ça évite qu’un élève ait tout le temps le modèle de dos ou toujours sous le même angle, et permet de varier les difficultés dans les dessins. Le modèle choisit également sa pose en fonction du temps qu’il doit la garder : les poses courtes permettent des positions plus « alambiquées » et inhabituelles. Par contre, pour une pose de 7 minutes, il vaut mieux choisir une position confortable pour éviter les crampes ou risquer de ne pas tenir la pose jusqu’au bout !

Certains modèles posent mieux que d’autres, certains ont une morphologie plus facile à dessiner que d’autres, certains sont plus sympas et plus rigolos que d’autres (même s’ils ne parlent pas pendant qu’on dessine)… chaque séance est différente !

Et pour répondre à la question que tout le monde se pose : c’est un peu intimidant la première fois, les premières minutes, mais on oublie très vite qu’on a un inconnu tout nu devant soi tellement on est concentré sur son dessin. C’est un peu triste et bizarre à dire comme ça, mais quand on dessine, on ne voit pas la personne mais « l’objet »à dessiner, donc c’est plus facile et moins déstabilisant…

Monstera…

dimanche 12 mars 2017

Doucement mais sûrement…

Monstera - Aquarelle - Mars 2017

Monstre en cours…

dimanche 26 février 2017

Une feuille de monstera en cours (et pour un petit moment…). Taille : 46×61 cm :-(

Monstera - Aquarelle - Fevrier 2017