Le blog de Claire

Devinette

13 avril 2018

De quel (bout d’) animal s’agit-t’il ?

Mars 2018Quelques indices pour éventuellement vous aider à trouver le propriétaire de ce « morceau » : peut porter de 5 à 50 membres; porte sa bouche sur son ventre et est parfois capable de dévaginer son estomac à l’extérieur de son corps; environ 2000 espèces différentes ont été décrites à ce jour; les mâles d’un secteur émettent leurs spermatozoïdes tous en même temps; possède un grand pouvoir de régénération; peut parfois se manger en friture.

A vous de jouer !

 

 

Lierre grimpant (Hedera helix)

2 avril 2018

Non, non, je ne me suis pas trompée en dessinant les feuilles ! Les feuilles à 5 lobes (palmatinervées) auxquelles on pense spontanément quand on parle du lierre, sont les feuilles que l’on trouve sur des tiges rampantes. Les tiges sur lesquelles se trouvent les fleurs et les fruits présentent des feuilles plus rondes et pointues, comme sur mon aquarelle ! On parle d’hétérophyllie, de nombreuses espèces présentent ce dimorphisme foliaire.

Si vous voulez en savoir plus sur le lierre, de manière à la fois ludique et scientifique, abonnez-vous à « La Hulotte », le dernier numéro lui est consacré !

Il y a 4 ans, j’avais déjà peint un rameau de lierre, plus petit. Si vous voulez comparer, cliquez ici. N’hésitez pas à me dire lequel des 2 vous préférez, ils sont bien différents bizarrement, notamment au-niveau des feuilles…

Lierre - Aquarelle - Avril 2018Sur papier Arches grain satiné (300 g/m2) format 26×36 cm; aquarelles Winsor & Newton et Schmincke; pinceaux Raphaël série 8404, tailles 0, 1 et 2.

En cours…

25 mars 2018

Ca fait un petit moment que je ne vous ai rien montré… :-/

Pas que je ne fais rien… mais je n’ai rien dessiné ces derniers temps qui mérite vraiment d’être montré et qui soit fini ou qui vous intéresserait !

Pour vous faire quand-même patienter, voici 3 aquarelles botaniques en cours, depuis plus ou moins longtemps : un bouton de pivoine (commencé il y a presqu’1 an, gloups), une branche de chardon et une tige de lierre (commencée récemment).

Je n’ai pas l’habitude de ne pas finir mes aquarelles, donc je vous les remontrerai quand elles seront terminées, j’espère pas trop tard 😉

 

Art postal

23 février 2018

Toujours dans la série de timbres « Les animaux nous regardent », voici un Ara hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus), endémique du centre de l’Amérique du Sud et malheureusement menacé.

A l’origine, et même dans un passé relativement récent, l’ara hyacinthe était réputé comme commun. Au cours des dernières décennies, il a subi un déclin dramatique, en particulier à cause de la dégradation de son habitat. Il subit également une capture et une commercialisation importante car il est un oiseau de compagnie très apprécié. Désormais, c’est un oiseau dont l’aire de distribution est très morcelée. Dans bien des lieux, il est clairsemé et dans d’autres, il a radicalement disparu. La population mondiale n’excède pas 3000 individus et elle est considérée comme vulnérable. Source : Oiseaux.net

Enveloppe longue en papier recyclé, format DL (110×220 mm). Dessin aux crayons de couleur Polychromos de chez Faber Castell.

Modèle vivant

28 janvier 2018

Ca faisait 7 mois que je n’avais pas dessiné d’après modèle vivant. C’était sympa de s’y remettre ! La modèle posait très bien, et nous proposait des poses intéressantes mais pas toujours évidentes à dessiner.

Les 2 premières images sont des poses « d’échauffement » de 40 secondes, au stylo bille. Les autres sont des poses plus longues, entre 5 et 10 min (la majorité à 7 min), réalisées au crayon fusain (et sans gomme bien sûr !). Pour les formats, les dessins « kraft » sont sur des feuilles A3 (42×30 cm), les autres sur du papier format Raisin (50×65 cm).

Salade

21 janvier 2018

Une petite salade de type chicorée, qu’on retrouve souvent dans les mescluns.

Je me suis un peu perdue dans l’organisation des feuilles parce que j’ai « perdu » mon dessin assez vite avec la couleur. Mais j’hésite à continuer à saturer les couleurs pour accentuer les reliefs… j’y réfléchis… mais vous pouvez donner votre avis évidemment 😉

C’est un petit format (20×20 cm) parce que c’était une petite salade !

Salade - Aquarelle - Janvier2018

Art postal

7 janvier 2018

Toujours dans la série de timbres « Les animaux nous regardent », voici le serpentaire ou plus précisément le Messager sagittaire (Sagittarius serpentarius).

Cette dénomination de serpentaire est évidemment liée au fait qu’il capture et mange, entre autres, des serpents (ophiophagie). Il a d’ailleurs sur les pattes des écailles qui le protègent des morsures. Il semblerait pourtant qu’il ne consomme finalement pas autant de serpents qu’on le pensait. Son régime alimentaire est assez varié et opportuniste : insectes, petits mammifères, amphibiens, œufs et jeunes oiseaux, crustacés…

Avec ses grandes pattes d’échassier et sa « crête de punk », ce rapace d’Afrique sub-saharienne est difficilement confondable avec une autre espèce. Ses longues pattes lui permettent de chasser sur d’assez longues distances (entre 20 et 30 km/jour), exclusivement au sol contrairement à la plupart des rapaces.

Le Messager est protégé depuis un petit moment déjà mais son commerce international était autorisé sous certaines conditions. La CITES (Convention on International Trade of Endangered Species) note qu’entre 2000 et 2009, 294 oiseaux vivants ont été exportés de l’Afrique vers l’Europe, à un prix moyen de 2000 $/oiseau ! Je suppose que ces oiseaux étaient destinés à des parcs, zoos ou collectionneurs ? Mais ce commerce ayant malgré tout un impact très négatif sur la conservation des populations de cette espèce endémique, il est depuis peu interdit d’introduire des Messagers dans l’union européenne (depuis le 9 novembre 2017, si j’ai bien tout compris : source ici).

Comme à chaque fois que j’écris un article, je me cultive en même temps que vous :-) !

Pour celui-ci, j’ai aussi découvert qu’en plus d’être un rapace et une constellation, le serpentaire est un voilier; un signe astrologique sujet à controverse (si vous êtes nés entre le 29 novembre et le 18 décembre…); le nom du caducée des médecins (aussi appelé bâton d’Asclépios ou d’Esculape); et certaines espèces de plantes dont la forme des racines rappelle un serpent !

Source principale : Oiseaux.net

Aux crayons de couleurs sur enveloppe de couleur gris foncé.

2018

1 janvier 2018

Voeux 2018 - Aquarelle

Ciboulette (Allium schoenoprasum)

23 décembre 2017

Je ne savais pas que la civette et la ciboulette, c’était la même chose… et vous ? Je ne savais pas non plus qu’elle faisait partie des plantes nommées dans le « Capitulaire de Villis », édicté par Charlemagne. Ce texte, datant de la fin du VIIIè siècle (ou du début du IXè), liste une centaine de plantes (arbres, arbustes ou herbes) dont la culture est ordonnée dans les jardins du roi. Vous y penserez quand vous l’utiliserez en cuisine !

Ciboulette - Aquarelle - Décembre 2017

Format 26×36 cm, sur papier Aquarelle Arches satiné 300 g/m2; aquarelles en tube Winsor & Newton et Schmincke; pinceaux Raphaël 8404.

Islande 2017

17 décembre 2017

Islande 2017Carnet de voyage d’un séjour touristique de 12 jours en Islande.

Dessins réalisés, pour la grande majorité, au retour et non sur place. Difficile de tout faire en même temps…

Bref, pour en profiter, cliquez sur la photo ou cliquez directement ici! (désolée pour la mauvaise qualité de scan de certaines pages, ainsi que pour la « surexposition » de certains dessins). En cliquant sur la première image, vous accéderez au diaporama « grand format ».

Sur un carnet Hahnemülhe, 60 pages format A5, papier aquarelle 200g; aquarelles Winsor & Newton.

PS : la réponse à la devinette de la semaine dernière est dans les commentaires de l’article précédent.