Le blog de Claire

Archive de avril 2010

Rose

jeudi 29 avril 2010

La « contrainte » pour cette réalisation était de mélanger crayon et aquarelle.

Pourquoi une rose ? Et pourquoi pas ! J’avoue que les plantes d’ornement ne sont pas celles que je préfère peindre, mais justement, c’était un bon exercice pour moi. Le fait de ne pas aimer plus que ça le sujet d’origine m’oblige a travailler plus la technique. Dans la pratique, c’est quand-même mieux de se faire plaisir à dessiner ce qui nous plait, mais comme je suis un peu maso et surtout que je veux progresser, j’aime aussi me fixer des objectifs de ce genre.

Bref, voilà le résultat. En plusieurs images et de qualité pas terrible, car l’aquarelle étant trop grande pour le scanner, j’ai du bidouiller un peu pour arriver à quelquechose qui se rapproche le plus de la réalité des couleurs de la peinture.

Ne me demandez pas le nom exact de cette rose, je n’en sais rien. Et comme apparemment, il existe 16000 types de cultivars, j’ai abandonné la recherche. Mais si vous le savez, je veux bien l’info.

Coucou et labels

vendredi 23 avril 2010

La petite bête du mois… le coucou gris (Cuculus canorus).

On dit que celui qui a une pièce dans la poche lorsqu’il entend son premier coucou printanier, sera riche toute l’année ! Moi, je n’ai jamais de pièces…

Ce qui est plus intriguant chez le coucou, c’est sa manière de parasiter certains oiseaux. Sa technique est extrêmement efficace.

D’abord la femelle repère un nid en construction où elle pourra déposer un œuf. Après avoir espionné sagement ce couple de parents innocents et attendu qu’ils partent du nid, la femelle coucou va remplacer un œuf de l’hôte par le sien, profitant de son forfait pour avoir en plus un petit-déjeuner gratuit! L’œuf de coucou ayant une incubation plus courte que son hôte, le jeune fraîchement né pourra tranquillement poursuivre le plan machiavélique de ses parents. Et me direz-vous, les victimes ne se rendent comptent de rien ? Et bien non, car chaque « lignée » de coucou s’est spécialisée dans le mimétisme des œufs d’une espèce bien précise. Ni vu ni connu !

Mais ça ne s’arrête pas là ! Dès sa naissance, le jeune coucou n’a qu’une idée en tête : passer par dessus bord tout ce qui pourrait l’empêcher d’être le seul et unique poussin à être nourri par ses parents « adoptifs ».

Les parents s’épuisent alors à la tâche, l’instinct aidant, faisant d’incessants allers-retours pour nourrir de chenilles ce gros bébé très gourmand et immensément grand par rapport à ses « parents »…

Plus de détails ici.

Le geste écocitoyen…

Ce mois-ci, je choisis les bons produits !

Au jardin, on a quelquefois besoin de se procurer divers produits du commerce. Pour les choisir, préférez ceux qui sont labellisés. Par exemple, l’éco-label européen repose sur une approche globale, qui prend en compte le cycle de vie complet du produit, et qui garantit une nocivité moindre pour l’environnement en comparaison d’autres produits équivalents.

Conseils ici et .